Pour le « Blanc » sur les légumes, a-t-on une solution ?

Vous vous installez devant votre jardin et remarquez quelque chose de blanc sur vos légumes : « Mais, c’est quoi ça ? »

Vous l’observez particulièrement sur les cucurbitacées : c’est-à-dire les concombres courges, zucchini, etc.

Un champignon qui affaiblit vos plantes

Ce blanc qui porte bien des noms, selon le végétal où il s’établit, est à la base un champignon. Ils se reproduisent par des spores et pourvu qu’ils soient dans des conditions parfaites, ils peuvent se multiplier très rapidement. La poudre blanche est très volatile, et se transporte facilement, sur les gens, sur leurs vêtements ou encore sur leur peau ; sur les animaux, sur les insectes et par les intempéries comme la pluie et le vent.

Les champignons envahissent le feuillage et affaiblissent les plantes qui n’arrivent pas à bien faire leur photosynthèse. Cela fait en sorte que les fruits et les légumes ne poussent pas ou demeurent petits.

Gâcheur de plaisir…

De plus, la vue du Blanc n’est pas très esthétique. Après tous les efforts que vous avez mis dans votre jardin, cet intrus vient vous priver de jouir des fruits de votre labeur.

Si vous faites votre potager depuis un certain temps vous savez que vous n’avez pas énormément de solutions pour vous aider.

Des solutions ?

Quelques produits existent, comme mettre des préparations à base de soufre sur les plantes. Cela peut fonctionner, lorsque l’infestation est limitée et qu’on est au début de la propagation des spores. Les limites de ces produits font en sorte qu’il vaut mieux agir en prévention et penser tout de suite aux cultures de l’an prochain, afin d’éviter l’amplification du problème.

Une fois le champignon installé, la meilleure chose à faire, est de réduire le plus possible la quantité de spores pouvant se reproduire. C’est important de ne pas se promener.
Au jardin, on commence l’entretien par les secteurs non touchés et on termine le travail à l’endroit où se trouve l’infestation, afin de ne pas déplacer les spores dans des plantations qui ne sont pas encore touchées

On peut également en profiter pour réduire l’impact de la contamination. Enlevez les feuilles les plus touchées des plants. Évidemment, il y aura une conséquence à faire cela. Étant donné que la plante ne pourra pas faire autant de photosynthèse, il y aura moins de récoltes et elles seront plus petites.

En fin de saison, que faire ?

À la fin de la saison, lorsqu’on a terminé nos cultures, retirer toute la verdure qui pourrait se retrouver à la surface de la terre. Aussi, il en va de même pour la couche de terre infestée de spores, afin de la remplacer par un mélange de terre neuve et de compost. Prenez bien soin de jeter la vieille terre aux ordures et non dans votre composteur, afin d’éviter de le contaminer.

L’étape suivante est primordiale. Il est très important de prendre le temps de réfléchir à la prochaine saison de culture. Si on a des champignons dans notre potager, il faut éviter d’augmenter le problème au maximum, c’est une combinaison d’action, qui fera une différence. Donc, déplacez vos cultures sur votre surface. Vos plants de concombres étaient dans un secteur, ne les replantez pas au même endroit l’année suivante.

Espacez vos plants

Évitez que les plants ne soient pas trop près les uns des autres, afin de permettre au vent de réduire l’humidité qui est le principal allié à la propagation et à la croissance des champignons.

On peut également sélectionner des variétés et des cultures qui ne sont pas affectées. Ainsi, vous évitez pendant 5 à 7 ans de mettre des plants plus fragiles dans les endroits où vous avez observé une contamination. C’est une longue période, mais c’est le nombre d’années nécessaires pour que le champignon ne soit plus présent dans le sol. S’il n’a pas d’hôtes pour se nourrir, il ne se reproduira plus et mourra.

Il est effectivement difficile de contrôler l’espace contaminé, lorsque vous faites face à ce problème. Par vos actions, il faudra prendre bien soin de ne pas augmenter la surface contaminée. Ainsi, vous pourrez profiter de belles récoltes qui seront un régal pour le ventre et pour les yeux.

Bon jardinage !

Marie Josée Continelli
Chargée de projets CCCPEM

CCPEM

Heures d’ouvertures

Lundi : 8h à 18h


Mardi : 8h à 18h


Mercredi : 8h à 18h


Jeudi : 8h à 18h


Vendredi : 8h à 18h


Samedi : 8h à 17h


Dimanche : 8h à 17h


Jours fériés (1er juillet et 6 septembre) : 8h à 17h

© 2024 • Tous droits réservés Serres de l’Éden

Heures d’ouvertures

Lundi : 8h à 18h


Mardi : 8h à 18h


Mercredi : 8h à 18h


Jeudi : 8h à 18h


Vendredi : 8h à 18h


Samedi : 8h à 17h


Dimanche : 8h à 17h


Jours fériés (1er juillet et 6 septembre) : 8h à 17h